Massereau et Migron

Les prairies et roselières du Massereau et du Migron, sur les communes de Frossay et du Pellerin, sont situées en rive gauche (ou sud) de l’estuaire de la Loire. Classées en réserves de chasse et de faune sauvage (RCFS), elles sont en grande partie propriétés du Conservatoire du littoral. Elles sont gérées en partenariat par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et le Département de Loire-Atlantique.
Site Ouvert sur visite

Intérêt écologique

Les prairies humides du Massereau et du Migron, de superficie respective de 393 et 290 hectares, forment des écosystèmes complémentaires. Ainsi, le Massereau est composé de prairies naturelles et d’un maillage bocager de frênes têtards.

Il abrite également des étangs et des remises inondables favorables à une faune diversifiée, dont l’espèce emblématique est la Sarcelle d’hiver. Le Migron, avec ses prairies inondables et ses roselières, constitue un lieu privilégié pour les Oies cendrés et les Tadornes de Belon, par exemple. Ces réserves, sites d’intérêts majeurs pour l’avifaune, accueillent en moyenne chaque hiver 8 000 canards de différentes espèces et voient nicher au printemps la Cigogne blanche, le Héron cendré, le Grand cormoran… mais également des passereaux comme le Gorgebleue à miroir. La qualité des marais et la diversité des milieux favorisent aussi la présence de mammifères, d’amphibiens, de reptiles et d’insectes : le Campagnol amphibie, le Pélodyte ponctué, la Couleuvre à collier, la Rosalie des alpes (insecte coléoptère) peuvent entre autres être observés. Les réserves sont des zones privilégiées pour la recherche et différents programmes d’études sont conduits par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage avec le soutien du Conservatoire du littoral et du Département de Loire-Atlantique.

Un peu d'histoire

Située sur une ancienne île de la Loire, la réserve du Massereau a été créée en 1973. Un troupeau de vaches nantaises, race bovine en quasidisparition, avait été introduite en 1991 pour sauvegarder l’espèce et entretenir le milieu naturel. Aujourd’hui, le statut des vaches nantaises s’étant amélioré, ce sont des parthenaises qui pâturent et entretiennent les prairies. La réserve du Migron a quant à elle été créée en 2008. Le paysage de ces prairies humides résulte de l’action des hommes au fil des siècles pour rendre la Loire navigable et pour exploiter les terres et le sable. Au XIXe siècle, l’ensablement du fleuve menace l’accès au port de Nantes. Le canal maritime de la Basse-Loire, appelé communément le canal de la Martinière, est alors creusé en rive sud pour permettre aux navires de remonter l’estuaire. Ce canal sert aujourd’hui à réguler les niveaux d’eau des marais et constitue un lieu apprécié des promeneurs et des pêcheurs.

Agenda des balades

Il n'y a apparemment aucune visite guidée programmée sur ce site.
Contactez l'association indiquée dans l'encart ci-contre pour en savoir plus sur les prochaines balades organisées.

Contacts

Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS)

Tel : 02 51 25 07 82 Courriel : dr.bretagne-paysdeloire@oncfs.gouv.fr Site : http://www.oncfs.gouv.fr/Bretagne-Pays-de-la-Loire-region34/SD-de-Loire-Atlantique-ar260