Le site de Kersalio

Le Département de Loire-Atlantique a acquis en 1988, au titre des espaces naturels sensibles, le site de Kersalio, manoir datant du XVè siècle. Afin de valoriser la connaissance scientifique et populaire liée à ces ruines et leur environnement, le Département met à disposition du public une balade inédite et étonnante : muni de votre smartphone, et grâce à un jeu de piste, suivez les indices et rencontrez les occupants de Kersalio qui vous raconteront l'épopée de ce lieu mystérieux. Vue d’ensemble du site : A mi-hauteur sur le coteau de Guérande, le Manoir de Kersalio et ses dépendances surplombent les marais salants depuis le XVème siècle. Jusqu’au XIXème s., c’est une propriété de nobles exploitant le sel pour le compte du commerce intérieur breton essentiellement. Reconvertie en domaine agricole au XIXème siècle, sa morphologie actuelle atteste de ces activités passées. Le site est composé, au sud, de bâtiments en ruines, dont une tour orientée vers les marais. Ce petit bâti est entouré de prairies avec au nord, un chemin creux à murettes remontant vers le village du Clis, et une pièce d’eau artificielle résultant, vraisemblablement, d’une ancienne carrière de pierres. Du haut du chemin creux, le visiteur peut apprécier le paysage des marais salants en contrebas, et au loin, la Flèche sableuse de Pen Bron et son prolongement jusqu’à la Presqu’île du Croisic.
Site Ouvert au public

Intérêt écologique

Sur le site, on peut observer deux espèces végétales protégées au niveau régional : la buglosse toujours verte (Pentaglottis sempervirens) et l’ornithope penné (Ornithopus pinnatus). On y trouve également l’orchis bouffon (Anacamptis morio), la jasione des montagnes (Jasione montana), et la canche précoce (Aira praecox), plantes de murets de pierres sèches et pelouses siliceuses.

Sur ce même site, une chouette chevêche (Athene noctua) a élu domicile dans le grenier de l’étable et des faucons crécerelles (Falco tinninculus) nichent dans les anfractuosités des murs.

On peut également y rencontrer des couleuvres à collier (Natrix natrix), des vipères péliades (Vipera berus), des lézards des murailles (Podarcis muralis) et des lézards verts (Lacerta bilineata), ainsi que des grenouilles vertes (Pelophylax lessonae) et des rainettes arboricoles (Hyla arborea) autour de la mare.

Intérêt architectural (bâti et petit bâti)

Quatre grandes campagnes de construction du manoir de Kersalio et de ses dépendances ont été identifiées par les historiens :

  •  Le manoir proprement dit dont les détails architecturaux remontent à la seconde moitié du XVè siècle,
  •  La cour close par un portail surmonté d’un colombier caractéristique de la fin du XVIè siècle ou du début du XVIIè siècle,
  •  Les aménagements intérieurs du logis (refends, cloisonnement, latrines) en vogue au XVIIIè siècle,
  •  Les baies de la façade sud, caractéristiques du XIXè siècle.


Le manoir possédait un moulin à vent situé sur les hauteurs de Kervaly.
Un ancien lavoir est également présent sur le site, qui fait actuellement office de mare.

Un peu d'histoire

Le site de Kersalio est occupé depuis au moins l’âge du bronze (- 2000 av. JC).
Les Le Guennec, importante famille noble, fait construire le manoir au début du XVè siècle, et s’y maintient jusqu’en 1600, époque où Guillaume Le Guennec, seigneur de Kersalio, Beaubois et autres lieux, vend la seigneurie de Kersalio à Nicolas Le Roy, bourgeois croisicais anobli et enrichi par le négoce.


Après les « Le Roy », Kersalio sera transmis, à la fin du XVIIè siècle, aux « Foucquer » dits de Kersalio, jusqu’à Agathe Foucquer en 1790. (extrait APHRN - n°65)
Le manoir de Kersalio est transformé en ferme après la Révolution française, avec le déclin marqué du commerce du sel avec la Bretagne (début du XIXème sicèle). Cette activité agricole perdurera jusqu’en 1976, où les bâtiments seront détruits par un grand incendie.
Le Département de Loire-Atlantique achète la propriété en 1988, au titre des espaces naturels sensibles, afin de protéger et valoriser ce patrimoine naturel et bâti, alors aux prises au pillage (vol des pierres de l’édifice en ruines) et laissé à l’abandon. Il gère cet espace, depuis cette date, conformément à sa politique en faveur des espaces naturels, retracée dans le Plan Départemental des Espaces Naturels (PDEN).

mobile kersalio Une balade interactive est disponible pour votre smartphone

qrcode baludik

Agenda des balades

Il n'y a apparemment aucune visite guidée programmée sur ce site.
Contactez l'association indiquée dans l'encart ci-contre pour en savoir plus sur les prochaines balades organisées.

Contacts

Centre permanent d'initiatives pour l'environnement (CPIE) Loire-Océane

Tel : 02 40 45 35 96 Courriel : contact@cpie-loireoceane.com Site : http://www.cpie-loireoceane.com/

Groupe mammalogique breton (GMB)

Tel : 02 40 17 32 06 Tel : 02 98 24 14 00 Courriel : contact@gmb.asso.fr Site : http://gmb.asso.fr

Ecole nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l'alimentation Nantes-Atlantique (Oniris)

Site : http://www.oniris-nantes.fr/